• Accueil

     

                "Van Gogh le suicidé de la société"                d'Antonin Artaud

    "dans un monde où on mange chaque jour du vagin cuit à la sauce verte". 

     

     

     ©Crédits photographiques Thierry Tiko Lefebvre -

    -

    DRAMATURGIE ET JEU :

    Virginie Di Ricci

    SCÉNOGRAPHIE, MISE EN SCÈNE,  LUMIÈRE :

    Jean-Marc Musial  

    RÉGIE PLATEAU

    David Bausseron

    PRODUCTION /ADMINISTRATION:

    TERRIBILITA / Angela De Vicenzo angedevin@yahoo.fr

    CONTACT

    cieterribilita@gmail.com    

    Production :

    TERRIBILITA avec le soutien de R.A.V.I.V (Partage d'espace de répétitions), de Confluences  et de la SPEDIDAM - Coréalisation : Festival Nous n'irons pas en Avignon Gare au théâtre (Vitry / Seine).

    "Van Gogh le suicidé de la société" d'Antonin ARTAUD © Editions Gallimard

     



    Écrit et proféré avec la fureur d'un volcan en éruption après la visite de l'exposition van Gogh (1947) et la lecture d'articles enfermant le peintre dans sa folie, ce brûlot signé Antonin Artaud, tout juste sorti de l'asile de Rodez où il fut interné de force et traité à l'électrochoc pendant neuf ans, démasque les Docteurs Ferdière et Gachet, ranime la violence primordiale des tableaux de van Gogh, là où la psychiatrie à l’instar du musée est accusée par la poésie/souffle d'Artaud de sorcellerie et d’émasculation.


    Il y a toujours eu en Artaud un critique d’art, au sens de Baudelaire, un passionné de peinture qui parcourt dès 1920 les Salons, rédige des articles et pratique lui-même très jeune le dessin et la peinture. C’est aussi le décor et le costume qui le portent au dessin lors de ses années d’expériences théâtrales auprès de plusieurs metteurs en scène, Lugné Poe, Pitoëff, Dullin notamment. Très proche du peintre Balthus, qui a réalisé le décor de sa mise en scène Les Cenci, il partage son goût des primitifs italiens et voit dans le tableau foudroyant « les Filles de Loth » de Lucas von Leyden « tout ce que le théâtre devrait être».

    La peinture comme la poésie doit frapper l’œil et l’oreille. Il dit de van Gogh d’ailleurs qu’il est un organiste des tempêtes arrêtées.  Il retrouve  le dessin pendant son internement forcé à Rodez et intensifie sa présence au cœur de ses 406 cahiers  d’écolier,  mais aussi en réalisant de grands dessins qu’il exposera dans la galerie Pierre Loeb. C’est  ce dernier qui invite Antonin Artaud à visiter l’exposition van Gogh au Musée de l’orangerie en janvier 1947. « Non, van Gogh n’était pas fou, mais ses peintures étaient des feux grégeois, des bombes atomiques…. ».  Il reconnaît en Vincent  un double de cœur et  face à la puissance  et l’acharnement du peintre à refaire la création,  il répond par un pamphlet poétique majeur et désormais incontournable.

    Théâtre et peinture ont une histoire commune : oscillation entre figuration et abstraction, entre présence et absence de l’acteur. Pour nous le théâtre est entre les arts, il est un langage écarté qui convoque tous les arts sur la scène ; ici dans notre mise en scène du suicidé de la société d’Antonin Artaud, la peinture figurative de van Gogh, de Bruegel le vieux et de Jérôme Bosh mais aussi  Poème électronique et Ionisation du compositeur Edgar Varèse côtoient  les lois scéniques de l’abstraction. (Schlemmer,  Meyerhold, Tadeusz Kantor…. )

    Nos créations ont toujours entretenu une relation à l’image, d’abord cinématographique puis vidéo et 3D : «Straszny ! théâtre –cinématographe» était une œuvre-manifeste jouée et projetée à 360° ; «Sade/Charenton, les larmes de sang » proposait une multiplicité de points de vue  par la retransmission en direct ;   « Calderon, la représentation de la représentation » de Pier Paolo Pasolini contenait un film 16mm couleur et une accumulation de cadres/écrans vidéo dans un rapport frontal ; « Roma Amor, le pouvoir ne se partage pas » s’approchait d’une fantasmagorie par la réalisation de décors antiques romains en images de synthèse projetés en transparence et cascades de plans, vers une scène virtuelle.

    Avec "van Gogh le suicidé de la société" d'Antonin Artaud nous retrouvons un théâtre pauvre et ce sont essentiellement les images fragmentées des peintures de van Gogh qui sont projetées dans l’espace noir du théâtre. La poésie d’Antonin Artaud les anime,  interroge les énigmes de leur lumière et leur douleur étranglée. C’est le deuil révolté d’Artaud qui forme le hors-cadre des peintures de van Gogh.  Artaud voulait voir les tableaux de van Gogh ailleurs que sur les murs d’une exposition « où l’objet est  émasculé ». Le théâtre leur rend leur inactuelle vitalité révolutionnaire.

    Nous voulons restituer à ce chef-d’œuvre la plus grande clarté et intelligibilité sur la scène, pour que résonne sa cruauté. Virginie Di Ricci, qui a le texte et l’œuvre d’Antonin Artaud chevillés au cœur, évolue en athlète affectif  dans une scénographie répondant aux lois de l’abstraction. Ce parti pris – cette ionisation - évite tout sentimentalisme ou tout débordement psychologique : « Le théâtre  ça se fait au grand couteau ».    

    Son œuvre inépuisable nous accompagne depuis nos débuts et toujours nous y revenons pour reprendre des forces et l’énergie nécessaire pour construire un parcours théâtral sans compromis.   L’importance de son apport à la mise en scène du XXème siècle  - il se situe vraiment  à la suite de Meyerhold, d’Appia, de Craig – a été occultée par l’approche hystérique de ses théories dans les années 70. Or, il n’est pas un aérolithe, il est au cœur des avant-gardes théâtrales de son temps, futuristes, constructivistes…et l’exemple absolu du renouvellement des formes et de l’expression. Il a été le premier à poser l’expression « réalité virtuelle » pour définir le théâtre par exemple. La réédition des Cenci préfacée par Michel Corvin  montre clairement la place d’Artaud dans l’histoire des avant-gardes théâtrales.

    Artaud a réaffirmé jusqu’au bout que la seule chose qui l’intéressait vraiment : « c’est le théâtre ».                                                               

                                                                                                      V. Di Ricci et J.M Musial juillet 2014 -

    pour le Journal du Festival Nous n'irons pas à Avignon. 

     

     

    Création à Confluences Paris les 6 et 7 janvier 2014.

    Reprise à Gare au théâtre - Festival Nous n'irons pas à Avignon - du 23 au 27 juillet 2014. 

     

     

    Champs de blé aux corbeaux - van Gogh -  Auvers 1890 

     

    "Deux ou trois têtes de vieillards de fumée risquent une grimace d'apocalypse, mais les corbeaux de van Gogh sont là qui les incitent à plus de décence, je veux dire à moins de spiritualité."

    Antonin Artaud

    "Van Gogh le suicidé de la société"

     

     

     

     

    Antonin Artaud - Cahier 321bis :

    "Quant à l’au-delà il est ici

    Et l’une des grandes fonctions du théâtre est de démontrer

    Qu’il n’y en a pas."

     

     

    Antonin Artaud - Lettre à André BRETON Février 1947
    "Et je sais bien qu'un tableau de Van Gogh met par terre toute la cosmographie, toute l'hydrographie, toute la science des éclipses, des équinoxes et des saisons, mais je voudrais bien le voir ailleurs que dans les salles de l'orangerie où,
      exposé
       l'objet est
            émasculé,

     

     

     

    "Il y a quelque chose au dedans de moi, qu'est ce que c'est donc ? Les hommes sont souvent  dans l'impossibilité de rien faire, prisonnier de je ne sais quelle cage horrible, horrible, très horrible ...On ne saurait toujours dire ce que c'est qui enferme, ce qui mure, ce qui semble enterrer, mais on sent pourtant je ne sais quelles bornes, quelles grilles, des murs... et puis on se demande: Mon dieu, est-ce pour longtemps, est-ce pour toujours, est-ce pour l'éternité?  "

    Vincent Van Gogh-Lettre à Théo - juillet 1880

     

    -"Je veux faire aux pauvres un message fraternel. Quand je signe Vincent, 

     c'est comme si je les tutoyais." (Van Gogh 1880-1882)

     

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    En répétitions du 5 au 18 août 2013 à Confluences (Paris)

    et du 19 au 25 août 2013 à Gare au Théâtre (Vitry-sur-Seine).

     Avec le soutien de RAVIV,  

    dans le cadre du Partage d’espaces de travail et de répétitions 2013.

    Van Gogh le suicidé de la société d'Antonin Artaud Extraits

     

    et du 30 décembre 2013 au 4 janvier 2014 au Théâtre de Gennevilliers. 

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    Van gogh le suicidé de la société

    La chambre de Vincent -©Dessin JM Musial 2012

     

     

     

    Pour  cette création théâtrale auto-produite

    "Van Gogh le suicidé de la société" d'Antonin ARTAUD,

    vous pouvez nous soutenir  

    en achetant un dessin original (Technique mixte) de Jean-Marc Musial.

    Pour toute demande de prix contacter  jeanmarc.musial@neuf.fr

     

     DESSINS VISIBLES à CETTE ADRESSE

     

    http://www.facebook.com/undessinparnuit