• "Dans un théâtre dégagé des contraintes du naturalisme, libéré de sa fonction sociale et didactique et organisé autour de la seule idée formelle, le spectateur doit vivre ses états métaphysiques qui constitueraient pour lui le bien suprême dans les temps présents."

    Stanilas Ignacy Witkiewicz

     

    Ce sont les événements et les faits, petits et importants, neutres et quotidiens, conventionnels, ennuyeux, ce sont eux qui créent la pâte de la réalité. Je les écarte de la voie du train-train quotidien, je leur donne de l'autonomie (dans la vie cela s'appelle inutilité), je les prive de motifs et de conséquences, je les tourne et les retourne, et dans cette action répétée je les pousse à mener une existence indépendante. Donc la question : "est-ce déjà de l'art?" ou "n'est-ce pas encore la vie ?" n'a plus d'importance pour moi. Le texte littéraire est aussi un "objet prêt" , formé plus tôt, en dehors de la sphère de réalité du spectacle et des spectateurs. Il est "objet trouvé" condensé au plus haut degré, qui a sa propre fiction, son illusion, son espace psycho-physique. Il est soumis aux mêmes lois que les autres événements et objets du spectacle.

    Tadeusz Kantor

    « Nuit de WalpurgisDes Lucioles empaillées - Texte de Mari-Mai Corbel Revue Inferno »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :