• Extraits d'Orgie de Pasolini

     

    Extraits d'Orgie de Pasolini


     

     

     

    Le cercle est tourné vers son centre plein de certitude : le monde est dehors, radieux et indifférent. Et le coeur est déchiré.

     

    Je suis ici, donc : à compter comme unique donnée bonne de ce monde où j'expérimente le fait de vivre.

     
     

     Pier Paolo PASOLINI

     La Divine Mimésis

    Texte Français : Danièle Sallenave


    --------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Orgie

    L'homme :

    Est-ce que la Différence a le droit de demeurer toujours égale à elle-même ?

    De n'être rien d'autre que la mesure du scandale ?

    Ne doit-elle pas plutôt devenir autre scandale ?

    Qu'est-ce donc en somme que la Différence -

    quand elle ne devient pas différente d'elle-même ?

    sinon le terme de la négation de la norme ?

    Et donc une partie de la norme elle-même ?

    Et, chose importante, que doit faire celui qui est Différent ?

    Nègre, Juif, monstre, qu'es-tu donc tenu de faire ?

    Reconstruire la réalité en toi,

    la rendre à nouveau réelle ?

    Avancer, toi, en désobéissant, et faire progresser autant les lois de la norme

    que celles de la Folie ?

     

    ou au contraire...

    peut-être dois-tu l'accepter - l'accepter comme tu l'as trouvée ,

    N'as-tu donc rien d'autre à faire, toi qui est différent, que de te perdre

    pour ainsi te retrouver ?

    Tu dois accepter la Haine raciale

    comme si cette acceptation était ta raison d'être au monde ?

    Peut-être qu'en te privant de sympathie et de droits humains,

    tu pourrais te rendre saint et avec toi le monde ,

    Bah, je n'ai jamais réussi à répondre à ces questions,

    sinon confusément, je le répète, quelques instants avant de me pendre.

                                                                                                                    ORGIE

                                                                                      Pier Paolo PASOLINI

                                                           Texte Français : Danièle Sallenave

     

     -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    Même si la douleur et la honte

    nous ont rendus un peu plus expérimentés

    en ce qui nous concerne, et en ce qui concerne l'innaturalité atroce de ce monde,

    nous sommes toujours comme les autres

    ceux qui utilisent les mots comme des somnambules

    (ou comme des larves sorties de la tombe et étourdies par le soleil).

    Notre chair est une énigme qui s'exprime comme une énigme.

    mais nos mots maintenant, sont de pauvres sons

    qui ne disent rien sinon que la vie recommence.

    CELA NOUS REND FRÈRES DE CEUX QUE NOUS HAÏSSONS.

    DE CEUX QI N'ONT D'AUTRE ESPÉRANCE

    QUE CELLE OÙ ILS VIVENT.

    Mais nous deux, si nous n'étions pas dans la vie

    qui est la nôtre, et si nous n'avions pas réglé

    une cérémonie hypocrite, en nous cachant ici,

    dans une chambre conjugale comme dans une tanière

    - et si nous avions fait secrètement, en faisant

    de nos rapports un spectacle véritable

    quel spectateur ne nous aurait pas compris

    MÊME SI NOUS N'AVONS PAS DIT UN SEUL MOT ?

    « Sur la mise en scène d'OrgieProduction Orgie »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :