• Dessins de Musial en regard des Poèmes de Jacques DUPIN

    Visiter l'exposition Trait pour Trait



    Trait pour Trait




    votre commentaire

  • votre commentaire
  • L'époque n'est plus au théâtre mais à la scène - Giovanni Lista 1997


    votre commentaire
  •  

     

    Revue acéphale - Réparation à Nietzsche


    votre commentaire
  • Hongrie: cinéma écrasé

    Dans le texte ci-dessous, la société de production de Béla Tarr annonce sa fermeture, suite à la mainmise du régime hongrois d’extrême droite sur le cinéma, et l’imposition à la tête de ses structures du producteur hollywoodien Andrew Vajna.

     

    Déclaration finale

    Nous aimerions informer nos amis et collègues, ainsi que le public, que TT FILMMŰHELY interrompt ses activités et ferme ses bureaux à la fin du mois de mai 2012. Nous n’avons d’autre choix que de prendre acte du fait que, malgré nos efforts, notre situation est devenue intenable.

    Durant les neuf dernières années, nous avons travaillé de manière responsable et dans l’honneur, au mieux de nos capacités, et nous avons fait de notre mieux pour contribuer au développement du cinéma hongrois et plus général au développement de cet art universel.

    Nous avons essayé de soutenir toutes les initiatives qui, dans cette industrie du film qui relève de plus en plus du show business, manquaient d’espace et avaient du mal à respirer.

    Nous regrettons profondément de n’avoir pas réussi à mener à bien certains projets en lesquels nous croyions et auxquels nous avons consacré énormément d’énergie.

    Tous nos films et tous les événements que nous avons organisé sont placé sous le signe du respect de la dignité humaine. Nous nous sommes toujours tenus aux côtés des faibles et des humiliés, et nous les avons défendus par tous les moyens dont nous disposions.

    Nous sommes fiers et heureux que les derniers films auxquels nous avons participé ont tous été présentés dans les plus grands festivals.

    Nous sommes convaincus que le temps viendra où la liberté des arts et leur indépendance vis-à-vis de la politique sera à nouveau respectée.

    Budapest, May 24th, 2012

     

    Béla Tarr Gábor Téni


    votre commentaire
  • "Passer à la trappe" - Dessin à la plume de Jm Musial -


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Justine(s) - Dessin Jm Musial

     


    votre commentaire
  •  Milczenie©Photo Jm Musial


    votre commentaire
  • Film 8mm Noir et blanc (1h30)
    Réalisation Jean-Marc Musial
    Son Mix: François Pavot / BartoK
    Montage : Virginie Di Ricci

    Avec :
    Nietzsche : Pierre-Antoine André
    Bajon : Franck Andrieux
    Ophélie de l'hécatombe : Stéphanie Cliquennois

    Voix :
    Stéphanie Cliquennois, Franck Andrieux, Virginie Di Ricci, Jean-Marc Musial


    votre commentaire
  •  

    Nietzsche et Simondon. Le théâtre du vivant

     

     

     

     

    Alain Jugnon

    Parution : avril 2010
    Éditions Dittmar
    Prix : 20 €

    Pour la philosophie de la vie, pour la pensée du vivant, le théâtre est une idée et une expérience, un paradigme et un fait, qui a force de loi : nous montrerons que le théâtre fait tomber les masques du monde matériel et découvre le mouvement et la vie. La lucidité du regard, qui pourra expérimenter une saisie théâtrale du réel, est conditionnée par une relation au monde de type dramatique.
    Deux philosophes, pour nous, ont voulu voir et ont regardé, en connaissance de causes et d’effets, le théâtre de ce que nous appellerons désormais le vivant-homme, selon ses phases, ses scènes, ses poses et ses attitudes. Ils ont vu ce théâtre, par exemple, à travers le jeu de ce que les hommes ont baptisé eux-mêmes du nom de « morale » ou bien ils l’ont vu dans la performance de ce qu’il faut décrire comme étant « l’individuation» de l’homme. Enfin, ils ont reconnu cette mise en scène grâce à une démarche philosophique que l’on définira comme « généalogique » ou « productrice d’essences génétiques».
    Ce sont donc deux biophilosophes qui seront les « fondateurs » et « conducteurs » de cette recherche sur la théâtralité du vivant: nous voulons parler de Friedrich Nietzsche et Gilbert Simondon.

    Philosophe et auteur dramatique, Alain Jugnon est enseignant dans un lycée public. Il est l’auteur de pièces de théâtre et d’essais de philosophie athéiste et matérialiste. Fondateur de diverses revues (La Soeur de l’Ange, Contr’un), il dirige maintenant la collection d’ouvrages collectifs Contre-attaques (Éditions Al Dante). Il vient de faire paraître "Artaudieu" aux Nouvelles Editions Lignes et "A corps défendant" aux Editions Nous.


    votre commentaire
  • "L'oeil du nihiliste idéalise dans le sens de la laideur, il est infidèle à ce qu'il retient dans sa mémoire : il permet à ses souvenirs de s'effeuiller et de tomber ; il ne les garantit pas de pâles décolorations que la faiblesse étend sur les choses lointaines et passées. Et ce qu'il ne fait pas à l'égard de lui-même, il ne le fait pas non plus à l'égard de tout le passé des hommes - il laisse s'effriter ce passé." Nietzsche, Le nihilisme européen


    votre commentaire
  • UNDER CONSTRUCTION !!


    votre commentaire
  • Ken Mc Mullen (1974) a documentary made in collaboration with Tadeusz Kantor


    votre commentaire
  • "A chaque lettre de créancier, écrivez cinquante lignes sur un sujet extra-terrestre

    et vous serez sauvés."

    Charles Baudelaire - Fusées


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • terribilita@sfr.fr

    PARIS 18ème


    votre commentaire
  • La bouillabaisse de formes dans la tour de Babel

    Antonin Artaud Fevrier 1948


    votre commentaire
  •  

     

    La Rabbia


    « Parce que tant que l’homme exploitera l’homme, tant que l’humanité sera partagée entre maîtres et serviteurs, il n’y aura ni normalité ni paix. La raison de tout le mal de notre temps est là. Vous voyez ces gens ? Hommes sévères, en costumes croisés, élégants, qui montent dans des avions et en descendent, qui roulent à toute allure dans de puissantes automobiles, qui s’asseyent à des bureaux grandioses comme des trônes, qui se réunissent dans de solennels hémicycles, dans des sièges splendides et sévères : ces hommes aux visages de chiens ou de saints, de hyènes ou d’aigles, ceux-là sont les maîtres.

     

    Et vous voyez ceux-là ? Hommes humbles, vêtus de haillons ou d’habits confectionnés en série, misérables, qui vont et viennent dans des rues grouillantes et sordides, qui passent des heures et des heures à un travail sans espérance, qui se réunissent humblement dans des stades ou des auberges, dans des masures misérables ou de tragiques gratte-ciel : ces hommes aux visages semblables à ceux des morts, sans signalement et sans autre lumière que celle de la vie, ceux-là sont les serviteurs .

     

    C’est de cette division que naissent la tragédie et la mort. »

     

    Pier Paolo PASOLINi - LA RAGE (LA RABBIA)



     


    votre commentaire